Pour un coucher plus doux

Il dormait très bien et depuis quelques temps c’est une vraie galère!

J’ai tout tenté mais rien n’y fait…

Je suis à cran et je finis par  redouter le moment où il doit aller se coucher. 

Un coup c’est pipi, après il veut boire, bref toujours quelque chose…

Et voilà qu’il réclame tous les soirs à dormir dans mon lit! 

Ces situations on les a tous au moins vécu une fois et peut-être même que tu les vis en ce moment. 

Alors je vais te partager quelques petites pistes que tu peux mettre en place dès ce soir et qui vont te permettre d’ici peu de pouvoir vivre un coucher beaucoup plus serein.

On le sait le sommeil est primordial! Que ce soit pour les enfants ou pour nous.

Tu l’auras remarqué, dès qu’on manque de sommeil on est vite de très mauvaise humeur… On est beaucoup plus à cran et forcément notre patience est très limitée. Ce qui est valable pour nous l’est aussi pour nos petits.

Comment savoir si mon enfant dort assez ?

Chaque enfant est différent et le nombre suffisant d’heures de sommeil varie d’un être à un autre. Afin de t’aider à déterminer si ton enfant dort suffisamment et bien, je te liste ci-dessous des signes auxquels tu peux être attentifs et qui peuvent te donner des indications sur un éventuel manque de sommeil :

  • Le réveiller le matin est très difficile
  • Il a du mal à rester attentif
  • Il pleure et s’énerve plus que d’habitude
  • Il est très agité

Voici ce que tu peux mettre en place afin de favoriser  un coucher plus facile : 

  1. Un temps dédié : Je sais qu’entre le travail, la maison, les enfants, les activités etc… il est souvent difficile de ne pas courir après le temps mais il est important d’avoir un temps dit “qualitatif” avec les enfants qui va pouvoir permettre de remplir leur réservoir affectif (je t’invite à cliquer ici si tu n’as pas encore lu mon article à ce sujet). Si tel est le cas il est tout à fait compréhensible que ton enfant fasse tout pour retarder l’heure du couher ! il n’a qu’une envie c’est de profiter de toi surtout s’il ne t’a pas vu de toute la journée.
  2. Une Routine : L’enfant a besoin que les choses se répètent afin d’être rassuré. Tu peux créer une frise avec des images qui représentent chaque action à faire avant d’aller se coucher. Ex: aller faire pipi, suivi  du brossage des dents, puis histoire, pour finir avec le calin et les bisous. C’est important que se soit fait aux mêmes heures et toujours dans la même chronologie. Tu peux le faire participer en lui demandant “tiens après le pipi que faut-il faire?” Cela le rendra en plus, fier et responsable. Il aura aussi beaucoup moins la sensation qu’on lui impose les choses et forcément il y mettra beaucoup plus du sien. 
  3. Une bonne alimentation : ce que nous mettons dans notre assiette le soir peut avoir une influence sur la qualité de notre sommeil. On évite les protéines (particulièrement la viande rouge), le sucre et les aliments gras
  4. Bedtime story : Lire une histoire à ton enfant dans une athmosphère calme. L’idéal est dans son lit, avec une voix plus basse et une lecture lente. Ne sois pas surpris s’il te demande de lire encore et toujours la même histoire surtout lorsqu’ils sont petits cela les rassure. Il existe de  nombreux livres que tu peux lire avant le coucher et il y en a  beaucoup qui peuvent te filer un petit coup de pouce comme “Comment faire dodo quand on n’a pas envie de faire dodo…” 
  5. Pas d’écran le soir  : L’écran est un gros troubleur de sommeil. La lumière bleue diffusée par les écrans affecte la production de mélatonine, l’hormone qui régule le rythme du sommeil. Il est prouvé qu’ un enfant qui regarde un écran avant de dormir reste éveillé plus longtemps et passe une nuit de mauvaise qualité. 
  6. Zen: Une musique relaxante, un peu de yoga ou de respiration voire  un massage afin de bien le détendre pour qu’il soit dans de bonnes conditions pour s’endormir.
  7. Notion du temps pas acquise : Lui rappeler que c’est maintenant le soir donc l’heure du dodo mais que demain matin vous serez là lorsqu’il se réveillera.
  8. Température idéale : Une chambre pas trop chaude 18-19 degrés est l’idéale
  9. L’artillerie à proximité : Une petite gourde et une boîte de mouchoirs dans le lit. Ainsi pas d’excuse pour se relever.
  10. Se remémorer la journée en gros point : Par exemple 3 moments marquants qui l’ont fait rire ou rendu fier. En profiter pour voir si rien ne la chagriné aujourd’hui. Le laisser “vider son sac” sans cela il aura du mal à s’endormir. Pour nous c’est pareil, si quelque chose nous préoccupe il est difficile de sombrer dans les bras de Morphée… et puis c’est importamnt qu’il sache qu’il peut tout nous dire et qu’on sera toujours là pour lui.
  11. Moment tendresse : On n’oublie pas, bien sûr, le bisou et le gros câlin. On remplit tout ce petit coeur d’amour avant qu’il n’aille s’endormir.

Que faire s’il rappelle ou s’il se lève?

On le raccompagne se coucher dans son lit avec un ton ferme mais toujours avec bienveillance. Pas toujours évident je le sais mais avoir eu un moment de tension juste avant de s’endormir rendra l’endormissement plus difficile et il finira par s’endormir avec le coeur lourd, alors on respire un bon coup, on boit un bon verre d’eau et on y va. 

Il se peut qu’il soit un peu angoissé à l’idée de se retrouver tout seul dans le noir.

Tu peux lui installer une petite veilleuse pour le rassurer et laisser la porte entrouverte. Il a besoin de sentir que tu n’es pas loin et qu’il n’est pas seul.

Mais pourquoi tout d’un coup est-ce devenu si compliqué?

Il faut savoir qu’autour de 2 ans, l’enfant prend conscience de soi, c’est à dire qu’il sait qui il est et qu’il existe indépendamment des autres. Il prend alors conscience que lorsqu’il se réveille la nuit il est seul. Ainsi il découvre son sentiment d’abandon et son besoin de proximité. La survenue d’angoisses nocturnes de séparation et d’abandon est aussi très liée au sentiment de sécurité et d’amour que l’enfant ressent pendant la journée. On en revient à l’importance du temps dédié comme discuté un plus haut. Si ce besoin a été comblé il pourra emporter cette sécurité avec lui pendant le sommeil qui sera donc beaucoup plus doux.

Arrive aussi la période des monstres cachés sous le lit. Un petit bruit, une ombre peut suffire à l’angoisser. Un enfant n’a pas le même recul, il est donc  très important s’il regarde un écran de faire atttention à ce qu’il peut voir. Le soir c’est le moment où il repense à ce qui s’est passé et à ce moment une image qui lui a fait peur peut tout à fait ressurgir.

Le “doudou” ou un vêtement sentant ton odeur pourra permettre de le rassurer durant la nuit. Ces objets aident les enfants à traverser les moments lorsqu’ils se sentent seuls et lorsqu’ils ont des “sentiments d’abandon”.

Autre difficulté est que l’enfant à cet âge est plus autonome. Maintenant il est tout à fait capable de quitter son lit pour rejoindre celui des parents.. Alors là c’est à toi de voir si tu veux faire du cododo ou pas. Si tout le monde se sent bien ainsi, il n’y a pas d’objection à le faire. Tu sais le fait que les parents et les enfants dorment dans le même lit est une coutume bien répandue dans beaucoup de sociétés.

Mais un enfant bouge beaucoup et prend énormément de place donc ne culpabilise pas si pour toi ce n’est pas envisageable! Encore une fois nous sommes tous différents et chacun ses préférences et ses choix. Pour ma part Liam dort dans sa chambre et le “cododo” n’est applicable que dans certains cas (qu’il connaît) donc tu vois chacun fait au mieux comme il veut et comme il peut.

Mais attention! Il faut s’y tenir une fois la décision prise! Tu ne peux pas lui dire 1 semaine oui et le reste dans ton lit, et quelques jours après le reprendre etc.. sinon il aura du mal comprendre pourquoi ce revirement de situation et aura plus de mal à l’accepter.

Donc une fois que tu lui dis maintenant dans ton lit pour telle raison il va falloir, et ce même en pleine nuit, s’y tenir.

Alors oui ce n’est pas facile et il va falloir faire preuve de patience. Mais courage! La patience paie toujours!

C’est très contraignant c’est vrai, et vous serez aussi obligés de le faire la nuit si vous le faites au coucher. Mais il faut absolument comprendre cette anxiété et tout faire pour la contenir le temps qu’elle durera c’est à dire quelques jours ou quelques semaines.

Même chose pour l’endormissement. S’il a besoin de ta présence pour s’endormir je te rassures beaucoup d’enfants sont dans ce cas.
Tu peux commencer par te mettre au pied de son lit et petit à petit au fil des couchers mettre de plus en plus de distance. Alors non ce n’est pas agréable! Tu risques de passer 30 minutes voire plus, assis(e) par terre, à répéter que tout va bien, que c’est l’heure du dodo, que maintenant c’est le moment des adultes, que demain matin vous vous retrouverez etc… afin de le rassurer au mieux. Et de même pour le reveil en pleine nuit s’il y a lieu

Durant la nuit nous traversons différentes phases de sommeil. Si les nouveau-nés dorrment beaucoup pendant la journée, ce sommeil diurne diminue rapidement vers l’âge de deux ans pour ne passer plus qu’ à 1 fois par jour.

Cette évolution entraîne une réorganisation du sommeil de la nuit.

Puis vers 3 ans, la capacité à passer de l’assoupissement à l’état de veille est en cours de maturation. C’est aussi pour cela que durant cette période certains troubles du sommeil peuvent apparaître, tels que des terreurs nocturnes ou des épisodes de somnambulisme.

 Il est important de préciser que supprimer la sieste n’amène pas obligatoirement à de meilleure nuit . Pour certains enfant une sieste trop courte amène un sommeil trop profond le soir, propice aux terreurs nocturnes et cauchemars, et comme on l’a vu précedemment un manque de sommeil nous rend plus sur les nerfs et en fin de journée l’enfant aura du mal à ne pas traverser des tempêtes émotionnelles et le coucher aura malheursement de grandes chances d’être beaucoup plus difficile.

Pourquoi je ne te dis pas de te coucher avec lui dans son lit :

La façon dont l’enfant s’endort va se répéter s’il se réveille la nuit. C’est à dire que si tu l’endors en te couchant à côté de lui, il va avoir besoin de ce même comportement lors de ses réveils la nuit. Il voudra reproduire ce comportement à chaque fois et aura besoin de toi pour dormir et pour se rendormir. C’est pour cela que je te propose de te mettre à côté et non pas allongé avec lui.

S’il s’endort dans son lit sans ta présence, il arrivera à se rendormir par lui-même la nuit. La transition doit se faire en douceur c’est pour cela que je te le répète encore, il te faudra de la patience, mais ça marchera!

Pourquoi ne pas le coucher dans ton lit et le mettre après dans son lit?

Même chose.Il est important que ton enfant se réveille dans les mêmes conditions et dans le même lieu où il s’est endormi. Il peut être très troublant de se réveiller dans une autre pièce.

Lorsque les parents travaillent avec des horaires irréguliers, un enfant peut être angoissé parce qu’il ne sait jamais avec certitude qui va prendre soin de lui.

Dans mon ancien travail c’était la cas. Une fois du soir, une fois du matin,  du coup on a créé “le train de la semaine” (clique ici pour le découvrir) 

Si un enfant fait l’expérience répétée que sa maman ou son papa de façon imprévue n’est plus présent(e), alors il se peut qu’il se réveille la nuit et l’appelle pour se rassurer et vérifier qu’il/elle est toujours là.

LES GROS POINTS À RETENIR:

  • Le moment du coucher peut déclencher un peu d’anxiété chez l’enfant.
  • Pour qu’un tout petit s’habitue à s’endormir seul dans son lit, il faut faire preuve de patience et de constance
  • Une routine pour le rassurer
  • Couche ton enfant lorsqu’il présente des signes de fatigue et d’endormissement. Observe et reconnais ces signes (frottement des yeux, bâillement et la diminution de ses activités physiques, il est calme et veut se blottir contre toi ou s’allonger. Certains sont plus agités et pleurent plus facilement lorsqu’ils sont fatigués)
  • Rien ne sert de le coucher parce qu’il est l’heure que tu as déterminé. Il faut prendre le train du sommeil lorsqu’il passe
  • Pour l’aider il faut l’accompagner avec bienveillance. Difficile pour lui de conclure cette journée sûrement pleine de nouveautés, de découvertes. Se coucher signifie arrêter de jouer, et se séparer de toi, alors il est important de lui expliquer l’importance du sommeil.
  • Fais du coucher et du lit de ton enfant un moment et un lieu agréable, qu’il aura plaisir à retrouver chaque soir toujours dans une ambiance calme.
  • Le sommeil est directement relié à de saines habitudes de vie : une bonne alimentation, des repas à heures régulières, la pratique d’activités physiques, d’activités à l’extérieur si possible, un horaire régulier de coucher et de lever, attention aux écrans et surtout à éviter le soir

Si malgré tout tu constates que la situation ne s’améliore pas pour le coucher, il se réveille toujours à répétition, il va falloir chercher à comprendre d’où vient cette difficulté de sommeil.

Le sommeil est un langage, c’est un moyen pour ton enfant de s’exprimer. Est ce dû à un changement d’habitudes ou d’environnement, à une inquiétude particulière ? Ou autre? Ton médecin est là pour t’accompagner à identifier ces signes et à trouver une solution, n’hésite  pas en parler avec lui.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.